Acupuncture vétérinaire équine : Principes et Indications

Diagnostic précoce ou pathologie avérée

1- Diagnostic précoce et médecine préventive

Il s’agit de détecter un/des point(s) en déséquilibre alors que l’animal ne montre pas de signe clinique spécifique: c’est le stade sub-clinique du déséquiilibre avant le déclenchement d’une pathologie. Eventuellement, l’animal peut présenter de la fatigabilité à l’effort, de la fragilité ou des variations d’humeur… et il n’est pas toujours facile dans la pratique quotidienne de l’équitation de saisir ces moments et les interpréter .
En Chine,  c’était bien ce type de médecine qui prévalait: le médecin n’était pas consulté pour guérir une pathologie mais bien pour éviter l’installation de déséquilibres énergétiques chez son patient…  et donc éviter que celui-ci développe une maladie. On changeait de médecin quand on tombait malade!  
IMG-20181001-WA0019

 

2- Confirmation de diagnostic et médecine curative

Le traitement par acupuncture dans le cas d’une pathologie avérée va renforcer les organes affaiblis, restaurer les fonctions physiologiques déficientes. Le traitement va aussi « ré-harmoniser » ces fonctions entre elles et avec celles des grands systèmes de l’organisme pour une récupération plus rapide, optimale et un retour stable à l’état de santé.
L’acupuncture agit donc sur l’organisme en mobilisant les ressources internes du patient pour restaurer son état d’homéostasie (équilibre dynamique instable, fragile mais déterminant pour le bon fonctionnement des cellules, tissus, organes et systèmes entre eux) et en rétablissant la capacité des organes à assimiler les énergies externes (alimentaires et aériennes) .

 

Principes du traitement acupunctural

 

1- Reconnaitre un point déséquilibré :

Les points peuvent être réactifs ou atones lorsque les fonctions auxquelles ils se rapportent sont perturbées:
→ Point réactif : chaleur, tension cutanée, douleur, rougeur, sudation, prurit…
→ Point atone : froid, perte d’élasticité, hypoesthésie, squames, pâleur…

2- Effet de l’aiguille :

L’aiguille, composée de deux alliages différent et agit comme un bipôle électrique:
son insertion provoque une dépolarisation locale et induit une stimulation nerveuse périphérique qui va emprunter 2 voies:
→ arc réflexe (relation nerveuse avec l’organe atteint)
→ stimulation centrale ► axe neuro-endocrinien ► action généralisée
(métabolisme, immunité, circulation, sécrétions glandulaires, analgésie…)
Molécules en jeu : opioïdes, neuro-transmetteurs, neuro-hormones, interleukines…

3- Techniques acupuncturales utilisées dans le ré-équilibrage d’un point/méridien

► Acupression : Technique de massage des points d’acupuncture
► Aiguilles  creuses et pleines                 

Moxas

Magrains

Déroulement du traitement acupunctural

1-Examen clinique classique et lecture acupuncturale de la morphologie associée à une observation/écoute/olfaction précises


2-La palpation systématique et rigoureuse permet de déceler les points en déséquilibre :

  • Les points Shu du méridien Vessie, situés sur une double chaîne paravertébrale sont particulièrement réactifs (ce sont en quelque sorte les « exutoires » des organes et viscères du tronc); chaque point correspond à un méridien ou à l’organe/le viscère dont il porte le nom.
  • Les points Mu sont situés sur différents méridiens du thorax et de l’abdomen. Ce sont les points « alarme » des organes/viscères auxquels ils se réfèrent.
  • Points locaux: points douloureux proche des lésions et points situés dans les zones de contractures

3- Traitement acupunctural: pose des aiguilles:
Il y a plusieurs techniques de pose et de manipulation des aiguilles selon la stimulation que l’on souhaite exercer sur le point.
On peut ainsi « tonifier » le point (par la chaleur notamment) ou le « disperser » en laissant un trop plein d’énergie-une « surtension électrique » locale- s’évacuer.

Souvent une aiguille peut suffire (en équine notamment), mais on peut être amené à en utiliser davantage selon la réactivité des points pendant le traitement. En effet, on contrôle au fur et à mesure de l’insertion des aiguilles la réactivité des points perturbés initialement.

Les aiguilles restent en place 2 à 20 minutes selon l’état de déséquilibre des points et l’espèce animale (action et résultat plus rapides chez les chevaux).
Chaque aiguille « travaille » à une vitesse différente, son temps d’action est une fois encore dépendant de l’intensité du déséquilibre sur le méridien. Les aiguilles tombent parfois d’elles-mêmes lorsqu’elles ont « terminé » leur action (les différences de tension tissu-aiguille s’annulent, le tissu conjonctif sous-jacent « relâche » l’aiguille).
Remarques:

  • Plus une aiguille est plantée « haut » dans une masse musculaire par exemple, plus elle agit rapidement et efficacement sur une douleur ou une pathologie en phase aiguë: c’est une aiguille « symptomatique ».
  • Plus l’aiguille est placée basse sur les membres, plus elle agit sur l’origine du déséquilibre, c’est une aiguille « curative » qui va traiter l’animal et faire durer l’action du traitement.
  • Pour les boiteries par exemple, on va sélectionner trois points : un point local pour calmer la douleur -point symptomatique-, un point fort sur le méridien perturbé du membre atteint -point curatif- et un point distal pour renforcer l’action curative et inscrire l’action du traitement dans le temps.
  • Pour les pathologies chroniques (atopies/allergies respiratoires/arthrose…), le premier traitement est en général symptomatique et soulage le patient, puis on installe des traitements curatifs/ conservatifs plus espacés dans le temps, « à la demande » du patient.

4- Vérification des points équilibrés

En fin de séance, on vérifie l’action des aiguilles en questionnant de façon systématique l’ensemble des points Shu et les points réactifs initialement. Ces derniers ne doivent plus montrer de différence avec les points alentours: ni sensibilité, ni chaleur, …
Il est possible en revanche que d’autres points se révèlent sensibles: le vétérinaire choisira alors de traiter ce « nouveau » déséquilibre qui était « caché » par le précédent au cours de la même séance ou de programmer une autre séance. Cette décision dépendra de l’importance des déséquilibres/pathologies diagnostiqués, de l’intensité de la première action acupuncturale, du type de pathologie traitée et de l’espèce animale.

Acupuncture équine

indications acup
Indications en médecine équine 
– Système locomoteur: pathologies ostéo-articulaires dégénératives (OCD, arthrose…) et traumatiques, dorsalgies, lombalgies, tendinites, myosites, maladie naviculaire, fourbures…
– Troubles nerveux: névralgies, ataxie (Wobbler), cornage
– Troubles du comportement (stress, headshaking, abattement…)
– Troubles de la fertilité et des cycles hormonaux (problèmes ovariens)
– Troubles endocriniens (cushing, syndrôme métabolique…)
– Système respiratoire : bronchites, emphysème (COPD)
– Système digestif : ulcères gastriques, douleurs abdominales, coliques non chirurgicales mineures et/ou récurrentes, troubles hépatiques et métaboliques
Renforcement du système immunitaire (EHV4, sarcoïdes, vaccinations…Allergies!)
– Dermatologie
– Système cardio-vasculaires (lymphangite, œdème,…)

Indications en médecine canine/féline

Système locomoteur: pathologies ostéo-articulaires dégénératives (arthrose!), dysplasies, dorsalgies, lombalgies, traitement conservatif ou post opératoire de hernies discales, entorses, tendinites, myosites,…
Troubles du comportement (animaux angoissées, anxieux, destructeurs, agressifs, jaloux, possessifs, sujets à des troubles obsessionnels, plaies de léchage, insomniaques, dépressifs… )
Système respiratoire : coryza, toux, jetage
Troubles nerveux: névralgies, ataxie, épilepsie, parésies/paralysies
Troubles de la fertilité et des cycles hormonaux
Système digestif : ulcères gastriques, douleurs abdominales, troubles hépatiques
Renforcement du système immunitaire
Dermatologie
Obstétriques (aide au part, réanimation du nouveau né…)
Allergies (atopies et asthme)
Système cardio-vasculaires (lymphangite, œdème,…)

Acupuncture équine

Indications et Statistiques  :
A quels stades d’une pathologie, à quelles fréquences traite-t-on par acupuncture ?
Avant le déclenchement de la pathologie : détecter les déséquilibres associés aux changements (saisons, écurie…), 1 séance
Aigu, Subaigu : 1 à 2 séances rapprochées
Passage à chronicité (après 3 semaines de maladie) : 3 à 4 séances espacées d’1 à 2 semaines
Maladies chroniques : séances régulières d’entretien, espacées dans le temps « à la demande », après un traitement d’attaque de 3 à 4 séances espacées d’1 à 2 semaines
 
Acupuncture : Contre-indications

  • Plaies infectées, abcès
  • Tumeurs
  • Gestation (quelques points peuvent induire le part)
  • Electrostimulation sur insuffisance cardiaque
  • Anémie/hémorragie sévères
  • Hypothermie/hyperthermie durable
  • Altération du traitement acupunctural par interactions médicamenteuses (BDZ-barbituriques-ACP- ganglioplégiques-anesthésiques locaux-CORTICOIDES)

Points d’urgence !
Il existe en effet des « points d’urgence » d’un soutien non négligeable lors de:

  • Fractures (analgésie, cicatrisation tissulaire)
  • Hémorragies (points hémostatiques)
  • Réanimation du nouveau-né
  • Epilepsie
  • Fibrillation/décompensation cardiaque
  • Mal des transports
  • Coliques du cheval (analgésie!)

Acupuncture et médecine conventionnelle
SYNERGIE et COMPLEMENTARITE entre acupuncture et traitement allopathique (AINS, opioïdes…), l’acupuncture permet notamment:

  • une réduction des doses et de la durée du traitement allopathique (réduction de ses effets secondaires réels ou potentiels ) 
  • la stimulation du système immunitaire
  • un meilleur drainage des toxines
  • une guérison plus rapide, une récupération optimale

https://www.wort.lu/fr/lifestyle/il-faut-ecouter-et-suivre-le-cheval-5ba8f543182b657ad3b9373c
cropped-LOGOsite-e1545641093613-2.png